La publicité est envahissante, au propre comme au figuré. Elle est déjà présente sur les blogs, comme celui de Loïc Le Meur, qui ressemble de plus en plus à un magazine de conso pour urbains friqués. Pointblog vient de franchir un nouveau pas en installant carrement la pub sur le fil RSS, en intercalant au milieu des billets des messages "publirédactionnels" (Loïc Le Meur s'y est mis aussi). Un nouveau palier est franchi, car là, on tombe dans le spam. Les commentateurs de l'article le soulignent d'ailleurs fortement. .

l'Equipe de Pointblog est libre de faire ce qu'elle veut sur son blog, y compris tout caviarder avec de la publicité. Mais je suis libre, moi aussi, de ne plus y aller. C'est ce que je risque de faire, car ce geste est révélateur d'un changement dans l'esprit de pointblog, qui passe du statut de blog à celui de média ordinaire. Ce qui fait la spécificité, et selon moi, la crédibilité des blogs, c'est leur indépendance. A partir du moment où il y a des recettes à trouver, pour couvrir des charges, des salaires, des frais divers, on entre dans une logique, qui insidieusement, par petites touches, vous amène aux compromissions que l'on reproche tant aux médias. On hésite à aborder un sujet qui pourrait fâcher quelqu'un dont on peut avoir besoin. On poste des billets sur des thèmes "à audience", on cherche le scoop qui fera d'un article un nid à liens, pour faire monter son profil technorati.

Celui qui est allé le plus loin, je l'ai dit plus haut, c'est Loïc Le Meur, qui fait des billets pour renvoyer l'ascenseur (merci à untel de m'avoir cité) et hop, on crée un lien, on envoie de l'audience et on a produit un billet. Le contenu est nul, n'apporte strictement rien au lecteur, mais ça, on s'en fout. De temps à autre, on lance un petit scandale en attaquant un confrère, ce qui suscite une polémique. Là aussi, on dope la fréquentation, avec des commentaires à n'en plus finir. Dans les billets, on cite à tour de bras les marques commerciales et les produits, en faisant les liens. Au final, quand on retire du blog de Loïc Le Meur ces trois types de billets (remerciements, polémiques, publicité commerciale), il ne reste pas grand chose.

C'est cette dérive que je souhaite combattre, en maintenant une éthique de réelle indépendance de ton. Le pastiche du site de Loïc Le Meur est très drôle et cruel car tellement juste dans son ton et son contenu. C'est une réaction salutaire. Le blog doit rester un espace privé, où chacun s'exprime librement, sans enjeux ni contraintes. A partir du moment où il devient une vitrine, un moyen de subsistance pour celui qui le tient, la qualité s'en ressent et c'est toute la blogosphère qui peut s'en trouver décrédibilisée.