DSK serait le candidat PS préféré des français pour 2012. Il suffit de pas grand chose pour que nos journalistes s'enflamment et reprennent en boucle ces informations qui ne veulent rien dire.

Les chances de gagner d'un candidat ne sont pas évaluables aussi longtemps avant une échéance. En 1980, Giscard écrasait Mitterrand par 60-40. Un an après, on sait ce qui est arrivé. Deuxième point, dire qu'on aime bien ou qu'on préfère quelqu'un ne veut pas dire que l'on votera pour lui. Dans ce cas, Chirac est un candidat encore plus dangereux que DSK pour Sarkozy en 2012, vu les records de popularité qu'il connait actuellement.

En fait, les français aiment bien ceux qui ne font rien, ou qui sont loin (ce qui est équivalent). Ils ne prennent pas de décision difficile, n'entrent pas dans les polémiques. Ils peuvent se donner une image "d'homme providentiel au dessus des partis" que les français adorent. Déduire autre chose de ces sondages, c'est de la mousse médiatique. Et pourtant, je sens que ça va être le grand sujet de nos hebdomadaires, de savoir si DSK est une menace pour Sarkozy. Ca va interviewer, supputer, analyser... sur du vide.

Ce ne sera ni la première, ni la dernière fois. Mais ça parlera de Sarkozy, donc ça fera vendre. Que l'information n'ait finalement que peu d'intérêt est très secondaire. Et après, on s'étonne que la presse française soit en crise.