Le Nouvel Obs vient de faire paraitre, un article au titre particulièrement racoleur et inexact par rapport au contenu, qui parle des "privilèges" pour évoquer le statut de certaines personnes, et notamment des députés. C'est sans doute malheureusement la loi du genre pour les couvertures de ces magazines, qui doivent provoquer l'acte d'achat impulsif, seule raison compréhensible pour laquelle on pourrait effectivement acheter de tels magazines, dont le niveau intellectuel se rapproche dangereusement de celui de "Elle".

Quand on lit le contenu, du moins ce qui est mis en ligne, on lit une série de 10 petites interviews de "jeunes" députés qui proposent chacun une réforme afin d'améliorer le fonctionnement et la transparence de l'Assemblée nationale. Je pense que certains seraient très surpris de voir que leur propos a été repris dans un article titré "10 députés en colère, abolissons nos privilèges". Certes, il a quelques propositions qui tiennent de la démagogie, et qui sont d'ailleurs des positions parfois anciennes de la part des députés qui les expriment, mais globalement, il s'agit de propositions équilibrées qui ne prétendent pas renverser la table. Aucun député interrogé ne parle d'ailleurs de privilèges scandaleux qu'il faudrait d'urgence supprimer, alors même que c'est ce que suggère le titre et le marketing autour de cet article, qui est évident quand on va sur l'espace dédié à ce "débat" sur le plus : "Vigilance orange sur l'argent des élus. Dix députés UMP, PS et EELV dénoncent leurs propres privilèges. Régimes spéciaux de retraite, cumul des mandats, indemnités opaques... ".

C'est tout simplement une honte. Plutôt que de chercher à expliquer, à donner aux lecteurs les éléments pour comprendre, on tend la perche pour que s'expriment tous les lieux communs de l'antiparlementarisme. Bien évidemment, on évoque quasi-exclusivement l'aspect financier, avec derrière, l'idée clairement suggérée "vos élus gagnent trop d'argent". C'est la tactique habituelle de ces journaux quand ils parlent d'un groupe en particulier : en faire un privilégié, et offrir ainsi aux lecteurs, un objet à haïr et à jalouser, notamment sur l'aspect financier. Expliquer, faire progresser la connaissance des lecteurs sur le sujet traité, visiblement, ce n'est pas la préoccupation au Nouvel Obs. On cherche plutôt à renforcer les préjugés, en donnant à lire ce que le lecteur a envie de trouver, la confirmation de ses préjugés, comme par exemple la pseudo-enquête sur les milieux catholiques, publiée début mai.

J'aime beaucoup Julien Martin, mais là, il a sérieusement merdé...