Les opérateurs de paris en ligne n'ont même pas attendu la promulgation de la loi pour se lacher. Alors que le texte est toujours en examen devant le conseil constitutionnel, voilà que je reçois une publicité : unibet, pour le figaro.fr, me propose de parier sur le match de ce soir entre Lyon et le Bayern, avec une belle image où je trouve notamment le dénommé Pierre je ne sais plus quoi (vous savez, le gros qui commente les matchs). Il va falloir être très doué ou complètement déconnecté pour échapper au matraquage publicitaire qui va déferler sur nous. 118-218, à coté, c'était de la roupie de sansonnet !

Cette publicité dit tout sur les dérives. Elle annonce un bonus de 50 euros, avec une petite astérisque renvoyant à "conditions sur le site". Je suis donc allé sur le site et là, ce n'est déjà plus la même chose. En fait de bonus, unibet double l'argent que je dépose sur le compte que je dois ouvrir, jusqu'à une somme de 50 euros. Pour bénéficier de la totalité du bonus, je dois déposer sur 50 euros. Et ce n'est pas tout ! Avant de pouvoir retirer mon argent (donc le bonus), je dois l'avoir joué au moins 6 fois. Largement le temps de tout perdre, et en plus, je ne peux jouer mon bonus que sur des paris dont la cote est supérieure à 1.6. Un bel attrape-couillon, uniquement destiné à me faire venir et à me faire prendre l'habitude de jouer.

Par curiosité, je suis allé voir les conditions générales d'utilisation du service Unibet. C'est de la même eau ! Le service est basé à Malte, c'est la loi maltaise qui s'applique, le contrat est réputé avoir été fait à Malte. Le joueur s'engage à accepter l'ensemble des conditions générales, accepte d'avance les modifications "Les Règles d'Unibet comme actuellement publiées sur le Site, aussi bien que n'importe quel futur changement possible aux Règles d'Unibet" (ben voyons) et que tout se fait selon la loi maltaise. Enfin, cerise sur le gateau, les règles qui font foi sont rédigées en anglais. Rien qu'avec ça, on a une moisson de clauses abusives surabondante !

Et ça continue "Unibet se réserve le droit, à sa discrétion et à tout moment, de- Refuser l'ouverture d'un Compte Unibet et/ou de clôturer un Compte Unibet existant, sans fournir de justifications ; - Refuser d'accepter des versements, sans fournir de justifications", "Un Compte Unibet de donne pas droit à des intérêts", ou encore "Unibet se réserve le droit de facturer les retraits pour frais administratifs comme indiqué sur le site" (sans la moindre indication sur le montant et la nature de ces frais). Je ne suis pas allé jusqu'au bout, faute de temps, et parce que finalement, j'avais suffisamment de billes pour ma démonstration.

Cette loi sur les jeux en ligne est une vaste plaisanterie. Alors qu'elle n'est même pas définitive, les acteurs français, médias et sociétés basées en France se lancent déjà, sans licence. Aucune poursuite ne sera sans doute engagée pour ce faux départ. Le consommateur sera le pigeon absolu, et ne comptez pas sur l'ARJEL, l'autorité de régulation des jeux en ligne, pour se préoccuper de lutter réellement contre les offres "pousse-au-crime", les clauses abusives (la moisson est abondante chez Unibet) et l'addiction au jeu. Trop de gens puissants (le fisc le premier) ont intérêt à ce que le consommateur-pigeon se fasse plumer.