Patrick Sébastien jette l'éponge et va dissoudre son DARD, vague rassemblement à vocation politico-médiatique. Je n'ai jamais vraiment saisi ce que c'était et je ne l'aurai jamais. Cela ne me rend pas triste, tellement ce groupuscule fleurait bon le populisme et le "yaka-faucon".

La sortie de scène de Patrick Sébastien est remarquable, car cohérente avec le personnage et l'esprit du DARD : si ça n'a pas marché, c'est la faute des autres, des politiques, des internautes. C'est la faute de tout le monde, sauf de ... Patrick Sébastien, évidemment. Internet est un très bel outil, à condition de savoir s'en servir et savoir pour quoi on veut s'en servir. Faute d'un objet clairement défini et d'une maitrise de l'outil, le plantage était couru d'avance. Patrick Sébastien est sans aucun doute très représentatif d'une certaine catégorie, qui croit encore qu'internet est un eldorado magique, l'outil miracle. Il y est allé avec la foi du charbonnier et en a retiré une grosse désillusion.

Ce qui est triste, c'est qu'une fois de plus, on tape sur internet qui serait une poubelle. On trouve effectivement tout et n'importe quoi sur internet, mais dans la rue aussi, on trouve la même chose. Que croyez vous qu'il se serait passé si Patrick Sébastien était allé faire le pitre, sur un carton, dans une artère passante d'une grande ville, à débiter ses âneries. Au mieux, on se serait foutu de sa gueule. Aurait il accusé la rue d'être une poubelle ? Sans doute pas.

Il ne faut sous estimer ni traiter à la légère cet épisode, car lorsque l'on voudra brider, filtrer internet, Patrick Sébastien applaudira des deux mains. Et il ne sera pas le seul. Non pas qu'il soit un ennemi de la liberté d'expression, ni même mal intentionné. Ce sera davantage par ignorance, à la suite d'une expérience malheureuse qui ne lui aura rien appris, à part que "internet ça mord" et qu'il faut s'en méfier comme de la peste. Au moment où ces décisions contraire à l'esprit actuel de l'internet seront discutées (et c'est déjà commencé), il sera trop tard pour convaincre tous les Patrick Sébastien de France qu'ils font fausse route. On se mettra alors à les traiter de cons et la boucle sera bouclée, le dialogue sera tué avant d'avoir commencé.